Bienvenue sur Equinella — Votre plateforme d'annonce et d'information visant à la détection précoce de maladies équinesTel. 031 - 631 22 43

Virus de l’hépatite chez le cheval

 

Informations générales

La maladie de Theiler (hépatite associée au sérum), nommée d’après le vétérinaire suisse qui a décrit le premier cette maladie chez les chevaux en 1919, est une hépatite fulminante redoutée, le plus souvent fatale. La raison a longtemps été incertaine, mais le lien à l’administration de produits à base de sérum chevalin (par ex., plasma, antitoxine botulinique ou sérum antitétanique) a été bientôt connu. Une insuffisance hépatique aiguë survient environ quatre à dix semaines après l’administration d’un tel produit. L’incidence chez les chevaux qui ont reçu des produits sanguins du même lot se situe entre 1 et 18 %. Cependant, des animaux sont tombés malades sans avoir reçu de tels produits. C’est pourquoi il a été supposé que qu’un virus se transmettant aussi bien par le sérum chevalin que de manière horizontale entre chevaux soit à l’origine de la maladie. La période d’incubation et les constatations histopathologiques ressemblent beaucoup à celles de l’hépatite B humaine.
Un groupe de chercheurs travaillant avec Dr Tom Divers à Cornell a découvert il y a quelques années un flavivirus qui pouvait entrer en ligne de compte comme cause ; il a donc été appelé Theiler’s Disease Associated Virus (TDAV). Des examens supplémentaires effectués par les mêmes chercheurs ont toutefois permis d’identifier un autre virus, un parvovirus, et de confirmer que celui-ci était la cause de la maladie de Theiler. L’analyse de nombreux échantillons de chevaux frappés par l’hépatite associée au sérum a montré la présence du parvovirus équin dans tous les cas, alors que d’autres hépacivirus (pégivirus équin, hépacivirus équin) et le TDAV n’ont pu être mis en évidence que dans des cas isolés. Un article de synthèse passant en revue tous les hépacivirus connus en ce moment chez le cheval et leurs conséquences est disponible ici.

 

Actualité

L’Université de médecine vétérinaire à Vienne et l’Université de la Ruhr à Bochum mènent actuellement des études sur la présence de la maladie en Allemagne et en Autriche

 

Liens utiles

Un article de synthèse passant en revue tous les hépacivirus connus en ce moment chez le cheval et leurs conséquences est disponible ici

 

Version: bbd2  Stand: